Une bible vieille de 1500 ans dirait que Jésus n’aurait pas été crucifié

Au grand dam du Vatican, une bible vieille de 1500 à 2000 ans a été trouvée en Turquie, dans le Musée d’Ethnographie d’Ankara. Découverte et tenue secret en l’an 2000, le livre contient l’Évangile de Barnabé, un disciple du Christ, qui démontre que Jésus n’a pas été crucifié, et il n’était pas le fils de Dieu, mais un prophète. Le livre appelle également l’apôtre Paul « L’Imposteur ». Le livre affirme également que Jésus est monté vivant au ciel, et que Judas Iscariote a été crucifié à sa place.

Un rapport publié par Le National Turk affirme que la Bible a été saisi par un gang de trafiquants lors d’une opération dans la région méditerranéenne. Le rapport indique que le gang a été accusé de contrebande d’antiquités, de fouilles illégales, et de possession d’explosifs. Les livres eux-mêmes sont évalués à plus de 40 millions de livres turques (environ 28 millions. Dollars). Où est la Guilde des voleurs, quand vous en avez besoin?

Authenticité
Selon les rapports, les experts et les autorités religieuses de Tehram insistent que le livre est original. Le livre lui-même est écrit avec des lettres d’or, sur cuir faiblement liées en araméen, la langue de Jésus-Christ. Le texte maintient une vision similaire à l’islam, ce qui contredit les enseignements du Nouveau Testament du christianisme. Jésus prévoit également la venue du Prophète Mahomet, qui a fondé l’islam 700 ans plus tard.

On croit que, pendant le Concile de Nicée, l’Église catholique a choisi de conserver les évangiles qui forment la Bible que nous connaissons aujourd’hui; omettant l’Evangile de Barnabé (parmi beaucoup d’autres) en faveur des quatre évangiles canoniques de Matthieu, Marc, Luc et Jean. Beaucoup de textes bibliques ont commencé à faire surface au fil du temps, y compris ceux de la Mer Morte et les évangiles gnostiques; mais ce livre en particulier, semble inquiéter le Vatican.

Cette confirme le passage de textes apocryphes de l’évangile de Bernabé selon lequel Jésus Christ n’a pas été Crucifié et qu’il a été enlevé dans les cieux, comme Eli, sans connaitre la mort.

Chapitre 94 : Jesus confirme qu’il est qu’un homme

Puis Jésus ajouta : «Je proclame devant le ciel et je prends à témoin tout ce qui habite sur la terre que je suis étranger à tout ce que ces hommes ont dit de moi, à savoir que je serais plus qu’un homme. je suis homme, né d’une femme, soumis au jugement de Dieu, vivant ici avec les autres hommes, soumis au misères communes.

Chapitre 97: Jesus confirme qu’il est le messie et que le prohète Muhammad viendra après lui.

Le pontife dit alors : «Comment s’appellera le Messie ? Et quel signe prouvera sa venue ?». Jésus répondit : «Le nom du Messie est Admirable, car Dieu lui-même le lui donna quand il eut créé son âme et qu’il l’eut placé dans une splendeur céleste. Il dit : «Attends, Muhammad par amour pour toi je veux créer le paradis, le monde et une grande multitude de créatures dont je te fais présent. Aussi celui qui te bénira sera béni et celui qui te maudira sera maudit ! Quand je t’enverrai dans le monde, je t’enverrai comme mon messager de salut. Ta parole sera si vraie que le ciel et la terre passeront mais que ta foi ne manquera jamais !» Muhammad est son nom béni ». Alors les gens élevèrent la voix et dirent :
« O Dieu, envoie-nous ton messager ! O Muhammad, viens vite pour le salut du monde ! »

Chapitre 215 et 216: l’évangile prétend que jésus a été « enlevé » et substitué par Judas

Comme les soldats et Judas approchaient de l’endroit où se trouvait Jésus, celui-ci entendit venir beaucoup de monde. Il eut peur et se retira dans la maison. Les onze dormaient. Mais Dieu voyant le périple que courait son serviteur ordonna à Gabriel, Michel, Raphaël et Uriel, ses serviteurs, d’enlever Jésus du monde. Les saints anges vinrent et enlevèrent Jésus par la fenêtre qui fait face au midi. Ils l’emportèrent et le mirent au troisième ciel avec des anges, bénissant Dieu à jamais.

Judas fit irruption le premier dans la pièce d’où Jésus avait été enlevé et où dormaient les onze. Alors, l’admirable Dieu agit admirablement : Judas devint si semblable à Jésus par son langage et dans son visage que nous crûmes que c’était Jésus.

Chapitre 220: Jésus confirme que ce n’était pas lui sur la croix

Jésus répondit : « pose les questions qui te plaisent, Barnabé, je te répondrai! » Celui qui écrit dis alors : « Maître, puisque Dieu est miséricordieux, pourquoi nous a-t-il tourmentés en nous faisant croire que tu `tais mort? Ta mère t’a tellement pleuré qu’elle en a été tout près de mourir. Et pourquoi Dieu a-t-il laissé retomber sur toi, qui es saint de Dieu, l’infamie d’être tué parmis les voleurs sur le mont Calvaire? »
Jésus répondit : « Barnabé, crois-moi, Dieu punit tout péché, pour petit qu’il soit, par une grande peine, car il est offensé par le péché. Aussi, comme ma mère, mes fidèles et mes disciples m’aimaient un peu d’amour terrestre, le Dieu juste a voulu punir cet amour par la douleur présente, pour qu’il ne soit pas puni dans les flammes de l’enfer.
Quant à moi, je fus innocent dans le monde, mais comme les hommes m’ont appelé Dieu et fils de Dieu, Dieu a voulu pour que je ne sois pas raillé par les démons le jour du jugement, que les hommes me bafouent dans le monde par la mort de Judas en faisant croire à chacun que c’était moi qui était mort sur la croix. Aussi cette dérision durera-t-elle jusqu’à la venue de Muhammad, le Messager de Dieu. En venant dans le monde, il détrompera de cette tromperie tous ceux qui croiront à la loi de Dieu. »
Puis Jésus ajouta : « Tu es juste, Seigneur notre Dieu, car à toi seul appartiennent honneur et gloire sans fin! »

SOURCE: lire l’évangile de Bernabé http://www.aimer-jesus.com/evangile_barnabe_texte.php

Le coran affirme que Jésus ne fut jamais crucifié et que ce ne fut qu’un faut semblant

« Et à cause de leur mécréance et de l’énorme calomnie qu’ils prononcent contre Marie.
157. et à cause leur parole : «Nous avons vraiment tué le Christ, Jésus, fils de Marie, le Messager de Dieu»… Or, ils ne l’ont ni tué ni crucifié; mais ce n’était qu’un faux semblant ! Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l’incertitude : ils n’en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l’ont certainement pas tué .
158. mais Dieu l’a élevé vers Lui . Et Dieu est Puissant et Sage.
159. Il n’y aura personne, parmi les gens du Livre, qui n’aura pas foi en lui avant sa mort . Et au Jour de la Résurrection , il sera témoin contre eux ». Sourate AN-NISA’ (LES FEMMES)

Interprétations ?
Qu’est-ce que cela signifie pour les religions dérivées du christianisme et leurs partisans? Plutôt serré comme endroit. Le Vatican a demandé aux autorités turques de faire examiner le contenu du livre au sein de l’Eglise. Maintenant que le livre a été trouvé, viendront-ils à accepter sa preuve? Vont-ils nier tout cela ?

Les croyants se rendent vite compte que l’objet de leur adoration est arbitraire; et que tout le texte, en particulier des textes religieux, est sujette à l’interprétation. Car ces textes sont-ils vraiment originaux ?

Rappeler vous la bible fût une compilation de textes choisis minutieusement par empereur Constantin lors du concile de Nicée en 325. Après plusieurs mois au cours desquels les évêques ne parvinrent pas à se mettre d’accord sur un texte décidant de la nature de la relation du Christ au Père, l’empereur menace les quatorze récalcitrants. Trois restent fidèles à leurs conceptions, dont Arius, et sont excommuniés.

Origine Commune Des Trois Religions « Revelées »
Qui était Moïse ?

Moïse (hébreu משה בן עמרם Moché ben Amram, grec Mωϋσῆς ou Μωσῆς, Mō(y)sēs, latin Moyses, arabe موسى Moussa) est, selon la tradition, le premier prophète du judaïsme, qui s’appelle parfois « mosaïsme », ce qui signifie « religion de Moïse ». Moïse est probablement le personnage le plus important de la Bible hébraïque, recevant la Loi pour le judaïsme, préfigurant Jésus-Christ pour le christianisme et précédant le prophète Mahomet pour l’islam.

Freud parvint aussi à la conclusion que le nom même de « Moïse » était d’origine égyptienne.

Moïse, Môseh en hébreu, correspond à un élément, bien connu par les noms de pharaons tels qu’Ahmosès, Toutmosès, Ramsès… de l’onomastique égyptienne – laquelle s’explique dans un milieu de Sémites « Asiatiques » installés depuis un certain temps dans le delta oriental, phénomène récurrent dans la longue histoire de l’Égypte »5.

Moshé est ainsi une translittération de la racine égyptienne mesi/mas/mes qui signifie « enfanter » ou de la racine m-s-s signifiant « engendré par ». « Le nom de Moïse, issu de Mosé (mès = enfant, mésy = mettre au monde, etc.), constitue également la déviation du nom très égyptien dont la première partie est constituée d’un nom divin :Thotmès, Ramès7, etc », Moïse n’ayant conservé que la seconde partie de ce nom théophore composé.

Freud concluait alors que le nom du meneur juif n’était pas d’origine hébraïque, mais provenait du mot égyptien mos, voulant dire une personne légitime.

Akhenaton Et Moïse Serait La Même Personne?
En 1937, Imago publia un autre article de Freud, intitulé Si Moïse fut un Égyptien, où celui-ci démontrait qu’il existait une forte similitude entre la nouvelle religion qu’Akhenaton avait essayé d’imposer à son pays et l’enseignement religieux attribué à Moïse. Et Sigmund Freud de citer : « Le credo juif profère : ‘ Chéma Yisrael Adonaï Élohénu Adonaï Echod ’. » (‘Écoute Israël ! Le Seigneur, notre Dieu, est le Seul Seigneur’) Selon lui, comme la lettre hébraïque « d » (le Daleth) est assimilée à la lettre égyptienne « t » et que les voyelles « o » et « e » sont interchangeables dans ces deux anciennes langues, cette phrase pourrait se traduire ainsi : « Écoute Israël, notre Dieu Aten est le seul Dieu ». Or, comme on l’a vu plus haut, Akhenaton déclara qu’Aten était le seul dieu qui devait être adoré.

Adonaï en hébreu signifie « mon Seigneur ». Les deux dernières lettres « aï » de ce mot constituent un pronom hébreu signifiant « mon » ou « le mien », et évoquant donc la possession. Sigmund Freud a fait justement remarquer que le mot « Adon » (Seigneur), est la version hébraïque du mot égyptien « Aten ». En effet, comme le « t » égyptien devient « d » en hébreu et le « e » devient « o », Adon est bien l’équivalent en hébreu d’Aten en égyptien.

Ainsi, Adon et Aten sont un seul et le même (dieu).

Le Grand Hymne à Aten, qui est attribué à Akhenaton, est un reflet tangible du Psaume 104, comme le montre la comparaison des deux passages ci-dessous :

Grand Hymne À Aten
«Chaque troupeau est satisfait de son herbe ; Arbres et herbes verdissent ; Les oiseaux qui s’envolent de leurs nids, Leurs ailes déployées, sont en adoration devant ton être. Toutes les bêtes se mettent à sauter sur leurs pattes. Et tous ceux qui s’envolent, et tous ceux qui se posent Vivent, lorsque tu t’es levé pour eux. Les bateaux descendent et remontent le courant. Tout chemin est ouvert parce que tu es apparu. Les poissons, à la surface du fleuve, bondissent vers ta face : C’est que tes rayons pénètrent jusqu’au sein de la mer-très-verte. » (François Daumas, La civilisation de l’Égypte pharaonique, Arthaud, 1965, p. 322-323.)

Psaume 104
« Il fait germer l’herbe pour le bétail, Et les plantes pour les besoins de l’homme, Afin que la terre produise de la nourriture, Le vin qui réjouit le cœur de l’homme, Et fait plus que l’huile resplendir son visage, Et le pain qui soutient le cœur de l’homme. Les arbres du Seigneur se rassasient, Les cèdres du Liban, qu’il a plantés. C’est là que les oiseaux font leurs nids; La cigogne a sa demeure dans les cyprès, Les montagnes élevées sont pour les boucs sauvages, Les rochers servent de retraite aux damans […] Voici la grande et vaste mer : Là se meuvent sans nombre Des animaux petits et grands ; Là se promènent les navires[…]. »

(Psaumes 104.14-26)

Ainsi Akhenaton, d’origine égyptienne serait donc Moïse le prophète du culte monothéisme. Il écrivit l’ancien testament et notamment l’hymne à Aton que l’on retrouve modifié légèrement dans le psaume 104.

Du temps d’Akhenaton, les deux dignitaires au sommet de la hiérarchie religieuse se trouvaient être :

Mérirê II, Grand Prêtre d’Aten, au temple d’Amarna.
Panéhésy, chef des Serviteurs d’Aten au temple d’Akhenaton.
A De même, les deux plus hautes personnalités de la prêtrise sous Moïse étaient :

Merari, qui est désigné dans Genèse 46.11 comme l’un des fils de Lévi. En égyptien, son nom correspond à Mérirê.
Phinées, qui était le fils d’Éléazar et le petit-fils d’Aaron selon Exode 6.25. Dans le Talmud, son nom est Pinhas. L’équivalent de ce nom en égyptien est Panhesy.
Il apparaît donc évident que ce sont les mêmes hauts dignitaires qui ont servi Akhenaton à Amarna et l’ont ensuite accompagné dans le Sinaï. Ceci vient d’autant plus confirmer que Moïse et Akhenaton sont une seule et même personne.

La mort d’Akhenaton est entourée de mystère. En effet, il se serait enfui d’Egypte en volant le l’arche de l’alliance qui se trouvait dans le sarcophage de la grande pyramide de Gizeh.

Correspondance Entre La Bible Et L’Égypte Antique
– Adon est l’un des premiers noms du Dieu Unique dans la Bible.

– Aton est le nom du Dieu Unique du Pharaon Akh-En-Aton.

– Adam est le 1er homme de la Bible.

– Akh-En-Aton est le 1er homme de la religion d’Aton.

– Adonaï est le nom du Dieu de l’Exode.

– Aton-Aï est le nom du Pharaon/Dieu successeur d’Akh-En-Aton, qui a exilé la population de la capitale de ce dernier (Akh-Et-Aton).

– Adonaï était “Dieu le Père”.

– Aton-Aï (Pharaon successeur d’Akh-En-Aton) était dit “Père Divin” (Dieu Père), car il était oncle d’Akh-En-Aton.

– Le jardin d’Eden est le paradis perdu.

– Le jardin d’Aton (Akh-Et-Aton) est la capitale paradis perdu du culte d’Aton.

– L’Humanité fut exilée du jardin d’Eden par Dieu le Père Adonaï.

– Le peuple adorateur d’Aton fut exilé du jardin d’Aton par le “Père Divin” Aton-Aï.

– Moïse se disait Moses.

– Ra-Msès se disait Ra-Moses.

– Moïse (Moses) signifie “Né de” (“Né des eaux” : venu du Nil)

– Msès (Moses) signifie “Né de” (“Né de Ra” dans le cas de Ra-Msès).

– Aaron était était le frère de Moïse (Moses).

– Hor-Em-Heb était le frère d’armes de Ra-Msès (Ra-Moses), et peut-être son frère biologique.

– Aaron est mort sur le mont “Hor Ha-Har”.

– Hor-Em-Heb signifie “Horus est en fête”.

– Aaron était le porte-parole de Moïse.

– Hor-Em-Heb était le porte-parole (ambassadeur) du Pharaon (Tout-Ankh-Amon et Aton-Aï).

– Aaron était Grand-Prêtre du Judaïsme.

– Hor-Em-Heb était Grand-Prêtre d’Horus et Amon (en tant que Pharaon).

– Aaron était collecteur des offrandes cérémoniales.

– Hor-Em-Heb était collecteur des impôts.

– Aaron fit édifier le Veau d’Or (Dieu-Taureau), symbole du retour au Polythéisme.

– Hor-Em-Heb fit édifier et restaurer des temples au culte du Dieu-Taureau, Amon (retour au Polythéisme).

– Moïse (Moses) fut éduqué par Pharaon comme un fils (comme un successeur).

– Ra-Msès (Ra-Moses) fut successeur du Pharaon Hor-Em-Heb.

– Josué (Joseph/Jo-Seth) était le successeur de Moïse (Moses).

– Seth-Y était le fils et successeur de Ra-Msès (Ra-Moses).

– Josué (Jo-Seth) signifie “Dieu Seth”.

– Seth-Y signifie “Celui de Seth” (du Dieu Seth)

– Josué (Jo-Seth) était dit guerrier “fils de Noun”.

– Seth-Y était dit “fils de Nout”.

– Noun est (pour le Judaïsme kabbalistique) le Dieu des eaux et père du soleil.

– Nout est (pour le Pharaonisme) la Déesse des cieux mère du soleil.

– Josué (Jo-Seth) a conquis Canaan (et y a installé le Peuple Elu du Dieu Unique Adon)

– Seth-Y est le Pharaon qui a conquis Canaan.

– Josué (Jo-Seth) est réputé avoir “arrêté le soleil”.

– Seth-Y est le Pharaon dont le règne marque clairement l’arrêt du culte au soleil d’Aton (les 3 Pharaons succédant à Akh-en-Aton [Tout-Ankh-Amon, Aton-Aï, et Hor-Em-Heb], marquent chacun une étape de la transition qui va de l’Atonisme au retour à l’Amonisme, qui n’est pleinement effectué qu’avec Seth-Y).

– Sarah était “belle”.

– Nefer-Titi veut dire “La Belle est venue.”

– Sarah veut dire ”Princesse”.

– Nefer-Titi était Princesse d’Egypte.

– Sarah était 1ère femme d’Abraham.

– Nefer-Titi était 1ère femme d’Akh-En-Aton.

– Sarah se fit passer pour la soeur d’Abraham.

– Nefer-Titi était soeur -ou demi-soeur- d’Akh-En-Aton.

– Sarah ne pouvait donner de fils à Abraham.

– Nefer-Titi ne pouvait donner de fils à Akh-En-Aton.

– Sarah donna une jeune et belle étrangère (Agar) en seconde épouse à son mari Abraham, afin qu’elle lui fit un fils.

– Nefer-Titi donna une jeune et belle étrangère (Ki-Ya) en seconde épouse à son mari Akh-En-Aton, afin qu’elle lui fit un fils.

– Sarah eut cependant ensuite le bonheur Divin de donner un second fils à Abraham (Isaac).

– Nefer-Titi eut cependant ensuite le bonheur Divin de donner un second fils à Akh-En-Aton (Tout-Ankh-Amon, fils d’Akh-En-Aton : fils d’Akh : Is-Akh (“Is” veut dire “fils”).

– La seconde femme d’Abraham, la jeune et belle étrangère Agar, donna un 1er fils du nom d’Ismaël (Smaïn) à Abraham.

– La seconde femme d’Akh-En-Aton, la jeune et belle étrangère Ki-Ya, donna certainement un 1er fils du nom de Smen-Kh-Ka-Rê (Smen) à Akh-En-Aton.

– Les Tables de la Loi Mosaïque données par Dieu le Père Adonaï à Moïse ont la forme et la matière (pierre) des stelles de Lois Egyptiennes.

– “Amen” signifie “Ainsi soit-Il” : “Dieu est”.

– “Amon” est le nom de Dieu en Egypte antique.

– ISRAEL se décompose en Is-Ra-El.

– Is-Ra-El signifie Fils (Is) du Soleil (Ra) Dieu (El).

– Israël : Peuple Elu de Dieu.

– Is-Ra-El : Peuple Fils de Dieu.

– Les Hébreux étaient des bergers.

– Hyksôs signifie “Rois bergers” en Arabe.

– Les Hébreux se disaient des “Rois du désert”.

– Les Hyksôs étaient vus par les Egyptiens comme des Rois du désert.

– Jacob est le patriarche des Hébreux entrés en Egypte.

– Ya-Kub est un des Rois-Patriarche des Hyksôs entrés en Egypte.

– Les Hébreux sont entrés en Egypte aux alentours de 1770 avant JC.

– Les Hyksôs sont entrés en Egypte aux alentours de 1770 avant JC.

– Les Hébreux furent réduits en esclavage en Egypte après 220 ans de présence.

– Les Hyksôs furent réduits en esclavage en Egypte après 220 ans de présence.

– Les Hébreux furent libérés d’Egypte après 210 ans d’esclavage.

– Les Hyksôs disparurent d’Egypte à l’époque d’Akh-En-Aton, 210 ans après leur mise en esclavage.

Conclusion
A vous de faire votre propre opinion selon le degré de votre foi ou de votre spiritualité….

Mais, ce qu’il faut retenir c’est que quelque soit notre religion nous avons un SEUL DIEU et que nous n’avons d’un SEUL devoir sur terre: Nous aimer les uns les autres ( tout le reste n’est que manipulation…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *