Les enfants qui font une sieste le jour sont plus heureux

Selon une étude américaine effectuée sur près de 3 000 enfants chinois, ceux qui font une sieste le jour sont plus heureux. Chez les Chinois, la sieste demeure courante au primaire et au début du secondaire alors que les Nords-Américains y renoncent quand les enfants commencent l’école.

« On sait que le milieu biopsychosocial a un impact sur […] comment on gère notre sommeil. Donc est-ce que ces résultats-là sont généralisables ? C’est quand même une bonne porte d’entrée pour étudier quelque chose », a commenté Évelyne Touchette, qui est professeure de psychoéducation à l’Université du Québec à Trois-Rivières, dans une entrevue qu’elle a accordé à La Presse.

Pour réaliser cette étude, les chercheurs américains ont étudié 2 928 élèves de 10 à 12 ans. Ils ont pu conclure que trois siestes ou plus par semaine permettent de hausser les résultats scolaires d’environ 7,6 %. La sieste aurait donc une incidence positive sur les résultats scolaires, mais aussi sur le bonheur, le contrôle de soi et la force de caractère. Les résultats étonnants ont été publiés récemment dans le journal médical SLEEP.

« C’est une étude transversale : on a observé ce qui se passait en un point donné. On ne peut pas tirer de lien de cause à effet. On ne peut pas dire, par exemple, que les siestes vont entraîner ce genre de côtés là positifs. Tout ce qu’on peut voir, ce sont des associations qu’on peut ensuite questionner », a expliqué Évelyne Touchette.

Mais est-ce que cela veut dire que l’on devrait implanter sans attendre un programme de sieste obligatoire dans toutes les écoles du Québec? Pas nécessaire, mais il ne faut pas rejeter complètement les résultats de cette étude non plus.

« On pourrait s’adapter à l’individu sans en faire une obligation pour tous jusqu’à l’entrée en maternelle », a suggéré Mme Touchette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *