Koné Tehfour (député d’Abobo) révèle : Guillaume Soro voit déjà les prémices d’une nouvelle crise

En marge de la 4ème édition du Festival Dougouba qui se déroule à Marcory, le député d’Abobo, Koné Tehfour, proche de Guillaume Soro, a confié que ce dernier voit déjà les prémices d’une nouvelle crise.

Koné Tehfour était parmi les récipiendaires de la 4ème édition du Festival Dougouba qui a lieu du 9 au 10 février à Marcory. Après avoir reçu sa récompense, le samedi 9 février 2019, au terrain Kouyo Robert, lieu de la manifestation, il a été invité par Linfodrome à se prononcer sur la démission de Guillaume Soro du poste de président de l’Assemblée nationale. Il a confié que ce dernier est un homme libre, un politicien libre qui veut vivre sa conviction.

« Je pense que la démission du président de l’assemblée nationale est la consécration de l’homme libre, du politicien libre, du politicien responsable, du politicien qui a une conviction basée sur le développement humain, sur la réconciliation, sur la paix. Vous savez que Guillaume Soro a été un acteur majeur de la crise ivoirienne. Il était au cœur même de cette crise. Il le disait toujours : je me bats pour la Côte d’Ivoire, je ne me bats pas pour un homme. Aujourd’hui, je pense que la démission à ce poste prestigieux vient de démontrer une fois encore que Guillaume Soro est un politicien entier, un politicien responsable. Il est un politicien qu’on ne peut pas manipuler avec de l’argent, encore moins avec un poste. Guillaume Soro veut vivre sa conviction. », a-t-il déclaré.

Et de révéler que Guillaume Soro voit déjà les prémices d’une nouvelle crise. C’est la raison pour laquelle, il a décidé de ne pas ‘’accompagner cette façon d’imposer la pensée unique à la population. « Guillaume Soro pense que quand ça ne va pas, on doit pouvoir interpeller le politique pour lui dire que les actions que vous menez ne contribuent pas à l’épanouissement des êtres humains. Vous savez, la politique aujourd’hui est en train d’angoisser les populations. Nous avons le récent souvenir de la crise de 2002, la crise postélectorale. Et Guillaume Soro qui a été acteur majeur voit déjà les prémices d’une nouvelle crise qui est en train de s’organiser autour de la politique. Guillaume Soro dit non, je n’accompagnerai pas cette façon de gérer mon pays. Je n’accompagnerai pas cette façon d’imposer la pensée unique à ma population. »

Pour terminer, il a indiqué que Guillaume Soro a démissionné pour « éviter les injonctions de l’exécutif au législatif ». « On a dit à Guillaume Soro que si tu ne vois pas du même œil que l’exécutif, il faut démissionner. Et Guillaume Soro a voulu montrer par sa démission que la séparation de pouvoir consacrée par la constitution, si elle n’est pas effective dans la gestion des affaires publiques, lui, à son niveau, dans son âme, dans sa conscience et dans son être humain, cette séparation est bel et bien consacrée. C’est pour cela, que pour éviter les injonctions de l’exécutif au législatif, il a préféré déposer le tablier pour éviter une crise institutionnelle, pour éviter une crise politique en Côte d’Ivoire. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *