Gabon : Après son AVC, Ali Bongo atteint d’une autre maladie ? (vidéo)

Le président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, parle à son épouse, Sylvia Bongo Ondimba, lors d’un match de football de la Coupe d’Afrique des Nations 2017 au Stade de l’Amitie Sino-Gabonaise à Libreville, le 14 janvier 2017.

Six mois après son AVC, et malgré plusieurs retours au pays, dont un “définitif” fin mars, le président Ali Bongo Ondimba reste invisible à Libreville, suscitant les interrogations.

Le 23 mars, des milliers de Gabonais s’étaient pressés pour accueillir leur président, de “retour définitif” après cinq mois d’absence quasi ininterrompue, en convalescence à l’étranger après avoir subi un AVC fin octobre lors d’un déplacement en Arabie Saoudite.

Durant plusieurs jours, M. Bongo avait reçu personnalités politiques et membres de la majorité. Son compte Twitter avait repris du service et les communiqués se succédaient au rythme des visites.

Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba au 10ème sommet du BRI, à Johannesburg, en Afrique du Sud, le 27 juillet 2018

“Le chef est en super forme !”, avait lâché, à l’issue d’un Conseil des ministres, celui de l’Economie Jean-Marie Ogandaga.

Mais depuis vingt jours, nouveau calme plat.

Les soldats de la Garde républicaine (GR, rattachée à la présidence) ne sont plus sur le bord de mer, où ils veillaient habituellement au passage du chef de l’Etat chaque matin.

“Il a disparu des écrans radars depuis le 4 avril”, note l’opposant Jean-Gaspard Ntoutoume Ayi, signataire d’un “appel à agir” avec neuf autres personnalités.

Seul événement inscrit à l’agenda présidentiel : les cérémonies du 17 avril, journée gabonaise des droits de la femme.

Pour l’occasion, son épouse Sylvia Bongo a remis, sur l’estrade de la présidence, le prix de sa fondation éponyme. A ses côtés, une pléiade de ministres, mais pas son mari, absent.

L’hebdomadaire Jeune Afrique, s’appuyant sur les horaires de décollage du jet privé de la présidence vers la capitale anglaise, assure que le président a de nouveau quitté le pays, cette fois pour Londres, où sa femme dispose d’une maison dans le chic quartier de Mayfair.

– “Pas un tabou” –

Interrogée par l’AFP sur un nouveau départ d’Ali Bongo à l’étranger, la communication présidentielle est restée muette.

Début avril en conférence de presse, le Premier ministre Julien Nkhoge Bekale l’assurait : Ali Bongo “va bien et sa santé n’est pas un tabou”.

Mais pour l’activiste Marc Ona, membre de la société civile et lui aussi signataire de l'”appel à agir”, le président “n’est plus en capacité d’être au sommet de l’Etat”.

“Ali Bongo est toujours indisponible. Temporairement ou définitivement ? Seule une expertise médicale pourrait le dire”, ajoute-il.

Les deux premier retours d’Ali Bongo – moins de 24 heures la première fois, 48 heures la seconde – devaient montrer qu’il remplissait néanmoins ses prérogatives présidentielles : présider un Conseil des ministres, assister à la cérémonie d’investiture du nouveau gouvernement, signer des décrets de loi.

– “Chacun pense à 2023” –

Et son “retour définitif” début mars devait permettre de tourner la page d’une séquence politique inédite dans ce pays de 1,5 million d’habitants, dirigé par la famille Bongo depuis 1967.

La réélection d’Ali Bongo en 2016 avait été contestée et le scrutin marqué par des violences post-électorales.

En janvier dernier, en pleine convalescence du président au Maroc, une poignée de militaires avait tenté un putsch, prenant possession de la radio nationale et appelant sans succès la population à se soulever.

Si le rival de M. Bongo à la dernière présidentielle, Jean Ping, s’en estime toujours le vainqueur, ses appels à l’unité autour de sa personne restent lettre morte.

Les principaux chefs de partis d’opposition continuent plutôt de batailler entre eux en rêvant de prendre le leadership.

“Chacun pense à 2023” et la prochaine présidentielle, estime un homme d’affaires proche du parti au pouvoir.

En attendant, spéculations et rumeurs se multiplient sur le pilotage du pays et les rivalités supposées de clan entre la famille étendue et les divers conseillers de la présidence.

Sans plus de certitudes que sur le président lui-même.

Quelques mois après son traitement et sa rééducation au Maroc, tout porte à croire qu’Ali Bongo n’est pas complètement rétabli. L’on se souvient que son accident vasculaire cérébral avait provoqué la réduction de sa motricité et avait presque paralysé les membres inférieurs et supérieurs du côté droit de son corps. Désormais, il semble que le président gabonais est atteint d’une autre maladie.

Selon plusieurs médias gabonais, le président souffrirait d’une autre pathologie liée à la vue. En se référant à ses faits et gestes depuis son retour au Gabon, ainsi qu’au cours des audiences qu’il accorde aux différentes personnalités de la République, l’on constate que le président Ali Bongo semble souffrir d’une cécité partielle.

Très récemment, lors de la revue des troupes, le président Gabonais avait de la peine non seulement à tendre la main pour saluer les différentes personnalités Marocaines, mais aussi il donnait l’impression de ne pas voir grand chose autour de lui (voir vidéo en dessous). Ce qui faisait que son garde du corps était indispensable à ses côtés.

Même s’il est vrai que le président Ali Bongo se remet progressivement de sa maladie, il reste qu’il pourrait souffrir aussi d’une cécité partielle. C’est peut-être pourquoi ses sorties publiques sont très réduites et quasi-inexistantes depuis qu’il a fait sa crise d’AVC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *