Fin du ramadan : La fête de l’Aïd el-Fitr fixée à mardi en France

Pour les musulmans qui pratiquent cette période de jeûne en France, le ramadan touche à sa fin. L’Aïd el-Fitr aura lieu ce mardi, même si dans certains pays musulmans, c’est la date de mercredi qui a été retenue.

Le ramadan 2019, mois de prières et de jeûne, touche à sa fin. La fête de l’Aïd el-Fitr sera en effet célébrée ce mardi, ont annoncé le CFCM (Conseil français du culte musulman) et la Grande mosquée de Paris ce lundi soir. C’est la même date que celle fixée par l’Arabie saoudite.

Cette journée, qui tombe le premier jour du mois suivant le ramadan, dit de « chawwal », est aussi l’occasion de repas de fête en famille, de visites rendues à ses proches et d’échanges de cadeaux.

L’annonce a été faite à l’issue d’une « nuit du doute » à la grande mosquée de Paris, convoquée comme chaque année pour déterminer les dates de début et de fin du ramadan sur la base de l’observation du croissant lunaire, en conformité avec le choix opéré par les principaux pays arabo-musulmans.

Durant le ramadan, un des cinq piliers de l’islam, les croyants sont invités à s’abstenir de boire, de manger et d’avoir des relations sexuelles, de l’aube – dès que l’on peut « distinguer un fil blanc d’un fil noir » dit le Coran – jusqu’au coucher du soleil.

Quatrième pilier de l’islam, le ramadan a commencé cette année le 6 mai. La France compte entre cinq et six millions de musulmans pratiquants et non-pratiquants, selon les dernières études sur le sujet (Pew Research Center, institut Montaigne, Insee, Ined), ce qui fait de l’islam la deuxième religion du pays. Et fait de la communauté musulmane française la première communauté musulmane en Europe.

Pas forcément la même date pour tous les croyants
Cette année 2019, comme chaque année, la date du mardi 4 juin ne fait pas l’unanimité. Certains pays musulmans ont en effet fixé l’Aïd à la date de mercredi. La méthode de calcul, basée sur l’observation de la lune, n’est pas partagée par l’ensemble des musulmans. Les partisans du calcul astronomique, représentés par le Conseil théologique musulman de France, sont notamment suivis parmi les musulmans d’origine turque ou gravitant dans la sphère d’influence de la confrérie des Frères musulmans.

Ces dernières années, les grandes fédérations ont recherché l’unité entre elles et avec les principaux pays musulmans, de la péninsule arabique au Maghreb, sur la question des dates du ramadan qui a parfois viré au casse-tête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *