Côte d’Ivoire: Un faux imam escroc mis aux arrêts par la police

K Ibrahim, âgé de 49 ans, est actuellement aux mains de la police. Ce faux imam a escroqué plusieurs personnes avant de tomber dans les filets des hommes du commissariat de police du 34e arrondissement d’ Abobo-Baoulé.

Un “imam” escroc arrêté par la police

À 49 ans, K Ibrahim n’a pas la crainte de Dieu. Cet individu n’a que faire des lois divines encore moins des prescriptions de la société dans laquelle il vit. Pour subvenir à ses besoins, Ibrahim n’a rien trouvé de mieux que de se faire passer pour un imam afin de profiter d’honnêtes citoyens. Aidé par l’un de ses acolytes, K Ibrahim prend position et accoste des passants, se présentant comme un imam doté de pouvoirs divins, capable de mettre fin à leurs souffrances.

Pour arriver à ses fins, le faux imam a élaboré une stratégie. Selon Sentinelle Minos, cet homme sans foi ni loi aborde ses victimes et leur fait croire qu’il a des révélations sur leur vie. Aussi curieux que cela puisse paraitre, K Ibrahim demande à ces passants de déposer à ses pieds tous les objets en leur possession, et ces derniers s’exécutent sans hésiter. Ceux-ci doivent marcher jusqu’au bout de la route sans regarder en arrière et recueillir une poignée de sable.

C’est en ce moment que l’acolyte du faux imam entre en jeu en faisant mine de ne pas connaitre l’escroc. Le complice surgit de nulle part et se met à vanter les mérites et les dons exceptionnels d’Ibrahim en tant que grand imam. Tout ceci pour convaincre les victimes qu’elles ont enfin trouvé le guide spirituel tant recherché.

Avant que les victimes ne reviennent avec le sable demandé, les deux larrons ont pris la poudre d’escampette. Désemparées, les victimes ont porté plainte au commissariat du 34e arrondissement. Les hommes du commissaire Tiegnon ont lancé des recherches qui se sont montrées fructueuses. La police a mis le grappin sur K Ibrahim. Son complice court toujours dans la nature.

Source : Afriquesur7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *