09 Photos : la nounou “spéciale” que recherchent Meghan et Harry avant la naissance de leur bébé

Contrairement à ce qu’ils avaient annoncé, Harry et Meghan renoncent à élever seuls leur premier bébé. Alors qu’il pensait ne pas avoir besoin d’une aide extérieure pour s’occuper du nouveau royal baby – mise à part celle des grands-parents, et notamment de la mère de Meghan, Doria Ragland – le couple Sussex s’est finalement lancé à la recherche d’une personne qui prendrait le relais pour garder le bébé, qui sera déjà âgé de quelques mois.

Lors de leurs futurs déplacements officiels, Meghan Markle et le prince Harry devront confier leur petit à une personne de confiance qui devra répondre à un critère bien précis. Comme le rapporte la presse britannique ce jeudi, l’ancienne actrice de Suits et son royal époux seraient à la recherche non pas d’une mais d’un nounou, ou « manny » en anglais.

En dehors des traditions
En confiant la garde de son enfant à un homme, la future maman de 37 ans brise ainsi la tradition royale britannique, qui a toujours fait appel à des femmes pour s’occuper des jeunes princes et princesses du royaume, souligne le magazine Elle. L’objectif : « montrer à la famille royale que » le fait d’engager un manny constitue « une approche plus enrichissante et moderne ». Un choix assumé par de nombreuses stars américaines comme Jessica Biel, Britney Spears, Emily Blunt ou encore Gwyneth Paltrow.

Ce vendredi 9 mars, présente lors d’une conférence organisée à l’occasion de la journée mondiale pour les droits des femmes, la duchesse de Sussex a tenu un discours poignant sur la condition des femmes dans le monde entier ainsi que sur le manque d’éducation des jeunes filles. Au cours de la discussion, celle qui est censée donner naissance à son premier enfant en avril prochain a dit espérer pouvoir lui transmettre ses valeurs féministes. En référence au film Les féministes : à quoi pensaient-elles ?, Meghan Markle a ainsi déclaré : « J’ai vu ce documentaire sur Netflix et l’une des choses qu’il disait pendant la grossesse était : ‘Je sens les coups de pied embryonnaires du féminisme’. J’adore cette idée et j’espère que c’est le cas de notre petite bosse, que ce soit un garçon ou une fille ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *